LA FONCTION AUDITIVE DANS LA SANTÉ CÉRÉBRALE

Perte auditive et démence : le rôle important joué par la fonction auditive dans la santé cérébrale

Faits et statistiques

La perte auditive est associée à une accélération de 30 à 40 % du déclin cognitif, et à une hausse de 24 % du risque de troubles cognitifs, comparativement à une fonction auditive normale.

Les personnes malentendantes qui ont une perte auditive légère, modérée ou sévère sont respectivement exposées à un risque de démence 2, 3 ou 5 fois plus élevé que celui auquel sont exposées les personnes qui ont des capacités auditives normales

Lorsqu’elle n’est pas traitée, la perte auditive peut être associée à un déclin des facultés cognitives qui est attribuable à l’isolement social et à la solitude. En effet, de nombreuses études ont démontré que l’isolement social est un facteur de risque de déclin cognitif et de démence bien établi.

Chez une personne malentendante, le traitement de l’information auditive sollicite d’importantes ressources cognitives, et ce, au détriment d’autres fonctions cérébrales, telles que la mémoire de travail. Le cerveau peut être mis à rude épreuve par les efforts qu’il déploie pendant de nombreuses années pour décoder les sons, ce qui peut accroître la susceptibilité à la démence.

La réadaptation auditive et les appareils auditifs peuvent alléger la charge cognitive associée à la fonction auditive, accroître la stimulation auditive et favoriser la participation sociale.

Des chercheurs ont observé que les stratégies mises en place pour ralentir le déclin cognitif et retarder l’apparition d’une démence permettraient au système de santé de réaliser des milliards de dollars d’économies et contribueraient à améliorer la qualité de vie de millions de personnes âgées.

Cette chronique vous est offerte par CENTRE AUDITIF ABITIBI, 1 800-814-0720